oms-wms-principales-differences.png

OMS vs WMS : quelles sont les principales différences ?

Le WMS (Warehouse Management System) et l’OMS (Order Management System) sont deux systèmes clés pour les retailers qui souhaitent offrir une expérience omnicanale sans coutures à leurs clients tout en optimisant tant les processus d’exécution de commandes que les KPIs, et en améliorant le service client.

Ces deux systèmes gèrent les stocks et leur objectif principal est de “livrer les commandes aux clients le plus rapidement et efficacement possible ». On peut donc légitimement se demander quelle est l’utilité d’implémenter ces deux systèmes? Est-ce réellement pertinent de les avoir tous les deux? Quelles sont leurs principales différences?

Les frontières entre ces systèmes sont devenues floues, comme c’est souvent le cas dans l’IT. Les fournisseurs d’OMS et de WMS ont développé des fonctionnalités reprenant les caractéristiques de leurs homologues.

OMS et WMS, chef d’orchestre et exécutant

Reprenons avec quelques définitions très simples le scope de ces deux systèmes :

  • Le WMS aide les équipes logistiques à mieux gérer les opérations au sein d’un entrepôt : en accédant en temps réel aux niveaux d’inventaire et aux informations liées au stockage, en gérant les prévisions de demandes et en séquençant les flux de travail liés à l’exécution des commandes, notamment le classement, le prélèvement, l’emballage et l’expédition au sein d’un entrepôt.
  • L’OMS est utile dès lors que les retailers ont plus d’un point de stockage (plusieurs entrepôts, un entrepôt et des magasins, d’autres points de vente…).

Dans ce cas, l’OMS est une solution complémentaire au WMS. Il se situe à un niveau différent du WMS puisque l’OMS traite toutes les commandes entrantes, quel que soit le canal dont elles proviennent : qu’il s’agisse de l’e-commerce, de marketplaces ou même de commandes BtoB dans certains cas. L’OMS orchestre ensuite les commandes pour maximiser l’efficacité, minimiser les délais, les coûts d’exécution et de transport.

« Orchestrer » une commande signifie que l’OMS, exactement comme un chef d’orchestre, décide comment traiter chaque commande entrante et où l’envoyer (ou une partie de celle-ci) pour une exécution immédiate. Pour ce faire, l’OMS s’appuie sur toutes les informations stocks dont il dispose dans les différents points de stock et selon les règles d’orchestration préconfigurées par le retailer.

Ainsi, d’une certaine manière, l’OMS agit tel un principal décideur, tandis que le WMS est l’exécutant. Ce dernier exécute les ordres qu’il reçoit de l’OMS lorsque l’entrepôt est déterminé comme le lieu le plus efficace pour exécuter la commande.
Et, exactement comme énoncé ci-dessus, lorsqu’un client décide de retourner un article, l’OMS – en plus de gérer le remboursement – décidera où envoyer cette commande pour traitement (réparation, revente en tant que produit remis à neuf…).

Le WMS et l’OMS doivent donc être considérés comme des partenaires au service de l’efficacité logistique. Tous deux sont essentiels à la création d’un processus de commande transparent dans la supply chain omnicanale. En outre, ces systèmes doivent partager des informations communes afin de créer une expérience fluide pour le client et de résoudre les éventuels problèmes qui pourraient survenir lors de l’exécution d’une commande, de la gestion des retours ou de produits recyclés.

L’OMS, bien plus qu’un optimiseur logistique

Ceci étant dit, il serait réducteur de définir l’OMS uniquement par son rôle d’orchestrateur de commandes. En effet, un OMS est bien plus qu’un simple outil logistique !

L’OMS est un outil orienté client qui permet aux retailers d’offrir une véritable expérience omnicanale. Avec des scénarios préalablement définis, vos clients peuvent, par exemple, acheter en ligne, retirer en magasin (Click and Collect) – Réservez en ligne, essayer en magasin (e-Réservation) – Acheter en ligne, retourner en magasin (Retours libre-service) – Acheter en magasin, retourner en boîte aux lettres… L’OMS résout également les problèmes liés aux ruptures de stock en permettant aux retailers de vendre des produits indisponibles en ligne ou en magasin. Ce, en s’approvisionnant simplement ailleurs dans le réseau de distribution ou en tenant compte des articles en cours de réapprovisionnement.

Pour en savoir plus sur l’OMS, contactez-nous !

Plus de lectures